21/11 - 14:00

Colloque - Nouveaux gestes et langages instrumentaux

Colloque


Ancienne Belgique
Prix: Gratuit

Intervenants : Atau Tanaka, Marc Leman, Rémi Dury, Rudi Giot, François Pachet,Thierry De Mey
Moderateur : Todor Todoroff

Gratuit. Inscriptions via : reservationshuis23@abconcerts.be

Programme




Pendant deux jours, plusieurs intervenants partageront la multiplicité de leurs expériences et leurs réalisations dans le domaine foisonnant des nouvelles lutheries et des approches nouvelles du langage musical. Ils exposeront leur vision de l’évolution des gestes instrumentaux et de l’émergence de techniques d’écritures musicales associées, dans une approche transdisciplinaire qui associe facture d’instrument, électronique, informatique, interfaces homme-machine, ergonomie, perception, musicologie, sociologie et neurosciences. Dans la lutherie classique, le geste instrumental est intimement lié aux phénomènes acoustiques : dimension de la colonne d’air, de la corde ou de la membrane qui vibre. Et si un certain nombre de dispositifs mécaniques, tels les clefs ou les claviers à simple puis double échappement, ont permis de déporter certains gestes ou d’améliorer leur rapidité d’exécution, ils restent liés au corps vibrant qui produit le son. Les premiers instruments électroniques ont souvent permis le découplage entre le geste instrumental, qui déclenche, entretient ou module le son et les moyens de sa génération. Parfois, ce lien est resté fort mais a bousculé les traditions, comme le Theremin qui offre pour la première fois la possibilité de jeu instrumental à distance, sans contact direct avec le musicien. L’informatique musicale a dans un premier temps, par nécessité, car le temps de calcul ne permettait pas de générer le son en temps réel, nié le geste instrumental. Mais l’explosion de la puissance de calcul, associée à la miniaturisation et à la démocratisation des composants et systèmes électroniques de captation du mouvement, permettent actuellement de définir le geste instrumental en totale indépendance des processus de génération sonore, ouvrant de nouveaux champs d’application et revisitant même parfois le contrôle des instruments acoustiques. Alors que l’extension des techniques instrumentales s’était longtemps concentrée sur la formalisation de techniques étendues, permettant d’exciter des modes de résonances acoustiques inexploités, souvent instables et difficiles à maîtriser, la nouvelle lutherie numérique s’est trouvée elle confrontée à la page blanche. La première approche a donc été de proposer aux musiciens des interfaces qui leur étaient familières, claviers ou contrôleurs basés sur le mimétisme instrumental, afin de leur permettre d’exploiter une dextérité déjà acquise. Le désir d’explorer de nouveaux domaines sonores et expressifs a cependant amené de nombreux chercheurs, musiciens et artistes à proposer de nouveaux paradigmes instrumentaux. Pendant deux jours, à travers les expériences passionnantes des différents intervenants, nous découvrirons un vaste aperçu des multiples redéfinitions du geste instrumental et nouvelles approches du langage musical, dans des contextes qui s’étendent du studio au concert, en revisitant les limites entre composition et interprétation, mais qui englobent également la danse, les installations interactives et des applications plus ludiques. (Todor Todoroff)