Menu

Biographie

Bruno Letort

Bruno Letort publie au début des années 1980 une série d’albums à la frontière du jazz et du rock. De Manu Katché à Noël Akchoté, en passant par Richard Galliano, Claude Barthélemy, André Ceccarelli, Jean-Paul Céléa, Didier Malherbe, Wally Badarou ou Jean-Claude Petit, il multiplie les collaborations avec des musiciens venus de la scène jazz et improvisée. Son catalogue se focalise ensuite sur des musiques plus « écrites » : pour orchestre (Pièces pour les pays baltes, 1992 ; Le Continent obscur, commande de l’Orchestre Philharmonique de Radio France, 1998-1999); pour quatuor à cordes (Escales en 1992, la musique du spectacle L’Affaire Desombres en 2001); et même un premier « opéra interactif », François Villon l’opéra, en 1994.

La démarche de Bruno Letort a toujours visé à la pluridisciplinarité. En témoigne le nombre d’œuvres qu’il a composées pour le théâtre, le cinéma, la danse, la vidéo, la scénographie. Très lié à Benoît Peeters et François Schuiten, il a réalisé avec ces derniers L’Affaire Désombres, spectacle créé dans le cadre du Festival 38e Rugissants à Grenoble en 1999. En 2000 il fonde pour Radio France le label Signature. Sa collaboration avec François Schuiten l’emmène au Japon en 2005, où il signe la musique du pavillon de Belgique lors de l’exposition universelle d’Aïchi, puis à Bruxelles pour l’exposition consacré au Transsibérien lors du festival Europalia en 2006.

Succèderont de nombreuses créations mêlant technologie nouvelle et musique comme le projet La douce, réalité augmentée (Dassault Systèmes) ou encore la création de fictions musicales pour France Culture aux Bouffes du Nord à Paris en mars 2014 puis avec l’orchestre National de France en décembre 2017.

Parallèlement à son activité de compositeur, il est producteur sur France Musique, chaîne sur laquelle il a créé en 1995 Tapage nocturne, une émission consacrée aux musiques inventives et chroniqueur sur Musiq3 depuis septembre 2017. En 2013, il devient directeur du festival Ars Musica et compose la même année la musique pour le Trainworld sur une scénographie de François Schuiten. C’est cette même année qu’il est honoré par le prix de la meilleure musique de film au Festival International du film d’animation à Moscou.

Agenda