Menu

Biographie

Denis Levaillant

Né à Paris en 1952, Denis Levaillant débute l’étude du piano à 6 ans, s’initiant avec son professeur, Magdeleine Mangin, à l’harmonie et au contrepoint) Au début des années 1970, il renonce à la filière classique et se passionne pour la danse, le jazz, l’improvisation, le cirque. De cette période de formation « in vivo », il tirera la matière de son livre L’improvisation musicale paru en 1980, devenu une référence sur le sujet. Il signe également en 1973 sa première oeuvre radiophonique, Circus Virus, pour l’Atelier de Création de France Culture, début d’une collaboration créatrice avec la radio, qui l’amènera à obtenir le Prix de la RAI au prix Italia en 1988 pour Speakers. Il obtient parallèlement une maîtrise de philosophie (1974). Au début des années 1980, il se lance dans l’aventure du spectacle vivant : avec sa compagnie Bleu 17, il a ainsi créé, entre 1983 et 2006, une quinzaine de spectacles musicaux mêlant voix chantée, théâtre, magie, instruments, lumière, son. Parmi eux certains auront un certain retentissement, notamment Les Passagers du delta, créé en trio avec les musiciens de jazz américains Barre Phillips et Barry Altshul, et son opéra O.P.A. Mia, créé en 1990 au Festival d’Avignon dans une mise en scène d’André Engel et des décors d’Enki Bilal. Denis Levaillant élargit sa palette d’expression en participant aux débuts des traitements numériques sur le son (à l’INA-GRM), et en appliquant ces nouvelles techniques à l’écriture instrumentale (Piano Transit, 1983 ; ElektroSpacePiano, 2003). Il entame avec Les Pierres noires, pour chœur mixte (1984) une recherche originale sur l’harmonie et la polyphonie vocale qu’il n’a cessé depuis d’approfondir. Ces années foisonnantes le voient également nouer de nombreuses collaborations avec des chorégraphes (Dominique Bagouet, Dominique Petit, Stéphanie Aubin, Brigitte Lefèvre…) et des metteurs en scène (notamment Alain Françon). Depuis le début des années 1990, il consacre l’essentiel de sa création à l’écriture symphonique et instrumentale. Naissent alors des œuvres telles que le concerto pour piano Echo de Narcisse (1995), Le Clair, l’Obscur pour quatuor à cordes (1997), le concerto pour orchestre Paysages de Conte (1998), ainsi que le Tombeau de Gesualdo, pour contre-ténor et douze voix mixtes (1994). L’Ensemble Intercontemporain et le Musée du Louvre lui commandent en 1995 une musique pour le dernier film muet de Fritz Lang, La Femme sur la lune. En 1999, il produit à nouveau un spectacle d’une soirée entière, Éloge de la Radio, créé au Festival Présences 2000. En 2002 l’Opéra de Paris lui commande un ballet symphonique, La Petite danseuse, qui connait un grand succès. En 2005 il compose l’Opéra de la lune, pour orchestre et récitant, d’après un conte de Jacques Prévert (commande de l’Orchestre Philharmonique de Radio-France). Parmi les pièces récentes de Denis Levaillant, il faut mentionner également les deux livres des Images-Études pour piano.

Agenda