Menu

Biographie

Serge Kakudji

Protégé de la cantatrice américaine Laura Claycomb, Serge Kakudji a une formation de chanteur et de musicien baroque et classique. Il maîtrise parfaitement l’univers du récital, avec piano ou orchestre, celui de l’oratorio et bien entendu de l’opéra. Sa tessiture et sa technique de contre-ténor lui ouvrent un large répertoire. Il a commencé très jeune sa carrière scénique en Afrique. Sur le continent, la spé- cialisation disciplinaire est presque contraire à la tradition : les artistes ne se consacrent pas exclusivement à la musique, ou au théâtre, ou à la danse, et leur formation embrasse l’ensemble des champs séparés en Europe. C’est donc dès ses débuts que Serge Kakudji aborde les arts scéniques dans un esprit et avec une pratique interdisciplinaire. Son parcours reflète cette appétence pour les décloisonnements des genres scéniques. Il en creuse les possibilités avec Faustin Linyekula, aussi bien comme comédien que comme musicien, et rejoint Alain Platel pour des aventures artistiques qu’il accompagne aussi bien comme chanteur que comme danseur, avec une attention forte aux dimensions plastiques de la scénographie.
Au cours de ces années, il ajoute à ses domaines de compétences la direction et la composition musicale ainsi que la conception de projet et la dramaturgie puisqu’il est notam- ment à l’origine de Coup Fatal. Ces traversées artistiques le prédisposent à une démarche de dialogue pluridisciplinaire, d’ouverture et de frottements entre les arts vivants. Il élargit sa palette et sa fine connaissance des arts contemporains en intervenant dans des lieux atypiques, notamment des galeries d’art et des musées, pour lesquels il propose des formes en résonance avec les œuvres exposées. S’ajoute un goût pour la confrontation et la fécondation interculturelle. Formé aux grandes traditions musicales européennes, Serge Kakudji n’a pas pour autant abandonné son ancrage dans les musiques noires, aussi bien celles qui s’enracinent dans les longues tradi- tions que celles qui imprègnent aujourd’hui les imaginaires populaires mondiaux. Sa généro- sité naturelle l’incite à inviter dans ces voyages d’autres artistes affirmés pour enrichir chaque œuvre d’un esprit de partage et de cocréation. Enfin, il n’oublie pas qu’il a découvert le grand art musical baroque à travers… la télévision. Donc au hasard d’un medium populaire, sans lequel il n’aurait jamais eu la chance de trou- ver sa vocation. Aussi va-t-il depuis plusieurs années à la rencontre des personnes, et no- tamment des jeunes, auxquels ne s’adressent pas les circuits culturels.

Entre les traditions savantes et populaires, entre les cultures européennes et africaines, Serge Kakudji s’attache à organiser les conditions d’un dialogue fécond, mêlant dé- constructions et métissages, dans l’horizon de cette créolisation des cultures chère à Edouard Glissant. Une nouvelle création artistique dont Serge Kakudji est concepteur dans laquelle il a invité le danseur et chorégraphe Delavallet Bidiefono pour la chorégraphie.

Calendrier